soinspourtous

Accueil des personnes transgenres

Accueil des personnes transgenres 1920 1276 Bourg Fx

Compte tenu du caractère irréversible de la transition, la phase de diagnostic semble indispensable pour éviter d’éventuel regret.

 

Notons que l’Organisation Mondiale de la Santé (OMS) a supprimé la transidentité de la liste des maladies mentales depuis 2018 pour l’intégrer à la liste des « conditions liées  à la santé sexuelle »

 

Loin de vouloir « psychiatriser » la transsexualité ou de la considérer comme une maladie, la phase diagnostique permet en réalité d’officialiser une souffrance psychique, de la caractériser et de la lier à une identité sexuée. Cette souffrance ainsi reconnue, la démarche de transition peut être entamée auprès des spécialistes que vous choisirez.

 

De plus, cette reconnaissance officielle permet au médecin d’ouvrir des droits spécifiques dans le cadre de la reconnaissance d’une affection de longue durée (ALD) et donc permettre la prise en charge totale des frais engendrés par le parcours de soins par la sécurité sociale sous la terminologie « trouble de l’identité de genre ».

 

 

Du côté du psychologue

Cette phase diagnostique est aussi un moment de réflexion autour des enjeux du changement. Les consultations avec le/la psychologue sont un moment d’échange dans lesquels vous pouvez partager vos questionnements, vos doutes et comment la démarche de transition s’inscrit dans votre histoire de vie.

C’est aussi l’occasion de déterminer vos ressources et celles de votre environnement (soutien social par exemple) et les mobiliser voire en acquérir de nouvelles.

 

Généralement, le médecin traitant (ou le chirurgien le cas échéant) demande un courrier de la part d’un psychologue ou psychiatre avant d’entamer les démarches de transition. La rédaction de cette attestation peut nécessiter de 2 à 10 séances en fonction des personnes.

 

C’est donc souvent un des premiers professionnels auquel vous aurez à faire.

 

Un suivi psychologique n’est absolument pas obligatoire dans le parcours médical de transition.

Cependant, le médecin ayant rédigé le protocole de soin peut requérir un suivi psychiatrique et / ou psychologique au-delà du bilan initial.

 

Avoir la volonté de démarrer un suivi psychothérapeutique ou consulter dans la perspective d’obtenir l’attestation sont deux démarches bien différentes mais qui peuvent tout à fait se justifier. Quoi qu’il en soit, vous pouvez vous sentir libre d’aborder le sujet avec nous afin que nous partagions le même objectif.

 

« Distincte du processus d’évaluation, l’accompagnement psychologique n’est pas considéré comme une condition d’éligibilité au traitement hormonal et chirurgical. Il est cependant recommandé au cours du parcours de soins, voire même dans la période post-chirurgicale, pour aider à s’adapter au nouveau rôle et à la nouvelle identité. Le psychothérapeute n’est pas systématiquement le professionnel de santé mentale ayant procédé à l’évaluation initiale ».

Haute Autorité de Santé – Situation actuelle et perspectives d’évolution de la prise en charge médicale du transsexualisme en France.

 

 

 

Notre position au sein du pôle santé Arthur Rimbaud 

Quelque soit votre parcours, quelque soit l’étape dans laquelle vous vous trouvez au moment de notre rencontre, nous vous accueillons.

Que vous soyez face à vos premiers doutes, sous traitement hormonal depuis plusieurs années ou opéré, nous vous accueillons.

 

Nous n’avons pas la volonté ni la prétention « d’évaluer » mais plutôt d’accompagner les personnes dans leurs différentes démarches et dans leur choix.

 

Chaque personne est unique et mérite d’être accueillie avec bienveillance et acceptation.

 

« Il ne s’agit pas d’une maladie mentale, il n’y a pas de changement de personnalité ni de modification des valeurs, seule l’apparence physique change. La personne reste ce qu’elle était auparavant mais elle s’adapte à sa nouvelle condition. Ce trouble est indépendant de la volonté des individus concernés, les personnes transidentitaires ne choisissent pas de l’être, leur seul choix est celui d’assumer leur particularité pour pouvoir être elles-mêmes ».

Tom Reucher, psychologue clinicien – Fondateur de l’EXISTRANS’

 

 

Auteur : Dr Alice Soulayrac

 

 

Sources :

Association Chrysalide https://www.chrysalide-asso.fr/

 

Roxane Curtet (2018). Comment améliorer la prise en charge des personnes transgenres ? https://www.infirmiers.com/profession-infirmiere/presentation/comment-ameliorer-prise-charge-personnes-transgenres.html

 

Haute Autorité de Santé. (2009). Rapport officiel « Situation actuelle et perspectives d’évolution de la prise en charge médicale du transsexualisme en France ».

 

Gorton, R. N., & Berdahl, C. T. (2018). Improving the Quality of Emergency Care forTransgender Patients. Annals of emergency medicine71(2), 189-192.

 

Préférences de confidentialité

Lorsque vous visitez notre site Web, celui-ci peut stocker des informations via votre navigateur à partir de services spécifiques, généralement sous la forme de cookies. Ici, vous pouvez modifier vos préférences de confidentialité. Il est à noter que le blocage de certains types de cookies peut avoir une incidence sur votre expérience sur notre site Web et sur les services que nous pouvons offrir.

Click to enable/disable Google Analytics tracking code.
Click to enable/disable Google Fonts.
Click to enable/disable Google Maps.
Click to enable/disable video embeds.

Notre site Web utilise des cookies, provenant principalement de services tiers. Définissez vos préférences de confidentialité et / ou acceptez notre utilisation des cookies.